fbpx

Cirage à Ouaga : l’activité parallèle d’un élève de CM1

Cirage à Ouaga : l’activité parallèle d’un élève de CM1

Le métier de cirage est l’une des activités les plus exercées par les jeunes dans la capitale burkinabè. Abdoul Ouédraogo, âgé de 15 ans, est un cireur de chaussures qui fréquente les maquis et restaurants pour proposer ses services. Bien qu’il soit un élève en classe CM1, Abdoul manie avec dextérité et habilité la brosse à cirage à l’image d’un professionnel du domaine. Nous avons rencontré ce ‘’technicien du cuir’’ dans un débit de boisson à Tampouy, situé dans l’arrondissement n°3 de Ouagadougou.Il était 16h et quart quand il faisait son apparition dans le maquis « l’Epoque » situé à deux pas de l’échangeur du Nord. A pareille heure, le débit de boisson accueille ses inconditionnels et fidèles clients qui commençaient à s’installer. Abdoul lui aussi est un habitué du lieu, sauf qu’à la différence des autres, il est là pour un autre objectif : cirer les chaussures pour avoir sa pitance journalière. Vêtu d’un jogging noir (survêtement), les cheveux crépus et gominés, Abdoul Ouédraogo arrive en commando avec son contingent de matériel ; un sac au dos, le tabouret dans la main gauche et un bidon contenant du savon liquide dans l’autre main.De tous les quatre coins des lieux, il est constamment sollicité. Les chances de notre rendez-vous deviennent de plus en plus improbables au regard de la forte demande que reçoit notre interlocuteur. Mais le gamin nous rassure qu’il aura lieu malgré les nombreuses sollicitations. C’est à 17h, son heure de descente, qu’il s’est confié à nous.Visiblement essoufflé par les efforts qu’il vient de fournir, il propose d’écourter les échanges afin de regagner promptement son domicile qu’il a quitté depuis 8h pour aller à la recherche de son ‘’pain’’. « Ce métier, je le fais depuis un an » nous a-t-il confié avant de nous rassurer de l’approbation de ses parents lorsque nous évoquons son école. “Mes parents sont bien au courant que je fais ce travail, mais cela ne les dérange pas, a laissé entendre Abdoul Ouédraogo qui décrotte avec aisance et ingéniosité les souliers de ses clients. Comme difficultés selon le garçon, certains clients refusent de payer l’argent une fois le travail terminé.« Même pendant l’année scolaire, je continue de faire le travail. Mais c’est pendant les week-ends que je sortais » a affirmé cet élève-cireur pour dire qu’il s’agit aussi d’une passion. Mais au-delà de cette passion, se cache une autre raison fondamentale : celle financière.Issu d’une famille nécessiteuse, Abdoul Ouédraogo s’est investi dans ce travail selon son explication, pour épauler ses parents dans les dépenses. « Nous sommes six dans notre famille mais il y a seulement deux qui vont à l’école, c’est mon frère et moi », soutient-il pour justifier son engagement. “Avec le peu que je gagne, je m’achète des habits et autres choses et cela va sans doute décharger les parents” affirme le cireur.Quid des recettes journalières ? C’est une omerta totale. Comme s’il avait été instruit à botter cette question en touche, il n’a pas souhaité s’aventurer sur les détails. “Ce que je peux vous dire, je ne rentre jamais bredouille”, nous a-t-il rassuré. Cette activité parallèle n’influence pas mes études puisque je serai candidat au Certificat d’étude primaire (C.E.P) de 2022, a ajouté l’élève de CM1.

Des clients sous le charme

Emile Somda est l’un des clients de Abdoul Ouédraogo qui ne manque pas d’éloges à l’endroit du jeune écolier cireur. « Il est un bosseur qui connait très bien son travail » a -t-il dit à l’endroit de son client.” Il n’est pas comme les autres élèves qui attendent toujours la main tendue, cet enfant est un battant” poursuit-il. Je suis sûr qu’il sera un grand dans l’avenir parce qu’il a compris la vie, a prédit ce client qui ne trouve aucune inconséquence entre le statut d’écolier et son travail et son travail. Sous le poids de la fatigue de la journée, Addoul Ouédraogo décide de prendre congé de nous pour rentrer chez lui sans avoir épuiser nos échanges. En attendant, il promet mettre les vacances à profit pour mieux s’investir dans cette activité qu’il estime rentable.

Serge Ika KI

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :