fbpx

Déclaration de politique générale : Christophe Dabiré obtient le quitus de l’Assemblée nationale


Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a fait sa déclaration de politique générale, ce jeudi 4 février 2021, devant les députés à l’Assemblée nationale. Le chef du gouvernement a, devant les 127 parlementaires de l’hémicycle, décliné les grands axes du gouvernement. En ligne de mire, la consolidation de la paix et du vivre ensemble, la sécurité, la santé, le développement sont entre autres les points essentiels de cet exercice qui donnait lieu à un vote. Au finish,le chef du gouvernement a obtenu le feu vert des représentants du peuple. Par 105 voix “pour”, 21 “contre” et 1 abstention, les députés ont donné leur quitus à Christophe Dabiré.


Dans cette traditionnelle déclaration de politique générale, le Premier ministre s’est attardé, comme il fallait s’y attendre, sur la situation sécuritaire du pays. En perspective, il évoque un redécoupage du territoire national pour un meilleur maillage sécuritaire. ” Dans notre combat acharné contre le terrorisme et l’insécurité, l’administration publique a été l’un des maillons dont l’accompagnement s’est révélé insuffisant dans cette lutte. En effet, la faible couverture du territoire national par les structures régaliennes de l’Etat a favorisé l’implantation ou l’incursion de groupes terroristes dans certaines localités de notre pays”, a-t-il relevé.
Pour gagner le pari de la sécurité, dit-il, je veillerai à la réorganisation de l’administration du territoire. Il a indiqué au cours de cette séance, que le ministre en charge de l’Administration territoriale soumettra incessamment un projet de redécoupage du territoire national devant assurer un meilleur maillage sécuritaire et un meilleur développement socio-économique à la base.
L’un des points saillants de ce discours a été aussi le possible report des élections municipales. La tenue des élections municipales de mai 2021 est une probabilité, selon le chef de l’exécutif burkinabè. « Le nouveau paysage politique résultant des élections du 22 novembre 2020, l’importance des réformes préalables à engager pour consolider la décentralisation et la démocratie locale pourraient justifier un report des scrutins de mai 2021. » a-t-il déclaré.
Sur le volet économique, le locataire de la Primature, annonce de grandes actions devant les députés de la 8e législature. Il définit les différentes actions en trois points. Le développement des infrastructures de soutien à l’économie constitue le premier point dans le domaine économique. Au programme, nous avons l’extension du programme de construction de 5000 km de pistes rurales ,ce qui permettra de faire du transport un réel facteur d’intensification de la production et des échanges. En termes de politique énergétique, ajoute-t-il, le Burkina poursuivra la construction des centrales solaires.
Le deuxième point du secteur économique sera centré sur la stratégie de transformation, déclare-t-il. Et les secteurs comme les mines et l’agriculture vont connaitre de nouvelles dynamiques afin de renforcer l’économie. La mise en œuvre de Bagrépole, le développement des agropoles du sourou, la réhabilitation des infrastructures hydroagricoles constitueront les grandes politiques de ce secteur.
Aussi, dit-il, pour le secteur minier, toilettage devrait être fait afin d’atteindre les objectifs réels. La lutte contre la fraude ajoute-t-il, sera le combat de mon gouvernement. Il a par ailleurs annoncé la création d’unité de transformation de l’or et du charbon fin et son intention de prioriser l’investissement des sociétés minières.
Le dernier point de cette politique économique est la fixation sur l’environnement des affaires et le desserrement des contraintes de financement. L’assouplissement des contraintes de financement vont permettre aux Petites et moyennes entreprises (PME) de mettre l’accent sur la productivité.
Comme dans tous les secteurs d’activité, le Premier ministre a annoncé de nouvelles orientations dans le domaine éducatif et sanitaire. « Mon gouvernement va accorder une attention particulière de l’enseignement et à la formation technique et professionnelle » a-t-il déclaré.
Au titre de la politique sanitaire, le chef du gouvernement prévoit la construction d’infrastructure au niveau régional et communal et leur transformation.

Un discours qui a eu l’heur de plaire à la majorité des députés qui par 105 voix lui ont donné leur quitus.La groupe parlementaire CDP a voté”contre”, parlant de d’un déclaration de bonnes intentions.

                                    Serge Ika Ki

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :