fbpx

Fonds “Éducation sans délai”: 33,3 millions de dollars en faveur de 300 000 enfants au Burkina Faso, au Mali et au Niger

Fonds “Éducation sans délai”: 33,3 millions de dollars en faveur de 300 000 enfants au Burkina Faso, au Mali et au Niger

En réponse à l’aggravation des crises au Sahel central, les nouveaux programmes financés par le fonds international Éducation sans délai bénéficieront à 300 000 enfants et jeunes touchés par les déplacements, les conflits et les effets de la Covid-19.

L’initiative internationale Éducation sans délai annonce le déboursement de 33,3 millions de dollars de subventions aux investissements à effet catalyseur, en réponse à la crise sanitaire et humanitaire qui touche le Sahel central au Burkina Faso, au Mali et au Niger.

Ces investissements donnent lieu à un total de 103 millions de dollars d’investissements de la part d’Éducation sans délai, approuvés le mois dernier pour les enfants réfugiés, déplacés de force, vivant dans des communautés d’accueil et autres filles et garçons vulnérables dans ces pays, ainsi que pour les enfants et les jeunes touchés par la crise en République démocratique du Congo, au Nigeria, en Colombie, en Équateur et au Pérou.

Dotés chacun de 11,1 millions de dollars, ces nouveaux programmes pluriannuels de résilience au Burkina Faso, au Mali et au Niger réuniront les acteurs des secteurs de l’humanitaire et du développement pour offrir conjointement aux enfants et aux jeunes laissés pour compte dans le Sahel central une éducation inclusive et de qualité. Ils s’étendront sur trois ans, avec pour objectif de mobiliser 117 millions de dollars supplémentaires sous forme de cofinancement de la part de partenaires nationaux et internationaux, du secteur privé et de fondations philanthropiques.

Les filles sont touchées de manière disproportionnée par ces crises de longue durée. C’est pourquoi les investissements d’Éducation sans délai font de leur éducation – du niveau préscolaire au niveau secondaire – une priorité, en veillant à ce que 60 % des bénéficiaires dans les trois pays soient des femmes. Éducation sans délai souligne également la nécessité d’atteindre les personnes les plus délaissées dans les contextes de crises prolongées. Les enfants et les adolescents en situation de handicap représentent ainsi 10 % des personnes à atteindre grâce à ce financement pluriannuel.

« Au Sahel central, des millions de filles et de garçons vivent en première ligne des conflits armés, de la faim, des déplacements forcés et de la pauvreté. La Covid-19 et l’augmentation des catastrophes liées aux changements climatiques exacerbent les défis auxquels ces enfants font déjà face pour exercer leur droit à l’éducation. L’éducation représente leur seul espoir », a déclaré Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale et Président du Comité directeur de haut niveau d’Éducation sans délai.

« Toutefois, davantage de ressources financières sont nécessaires pour financer entièrement ces programmes conjoints, soigneusement conçus et adaptés aux crises, qui transformeront l’éducation dans le Sahel central, à condition que le financement soit disponible », a-t-il souligné.

Les programmes s’appuient sur les résultats dans les trois pays des premiers investissements en situation d’urgence d’Éducation sans délai à hauteur de 30 millions de dollars, qui ont été lancés en 2019. Ces premières réponses en situation d’urgence concernent actuellement plus de 250 000 filles et garçons touchés par les déplacements forcés dans la région.

« Les enfants, les jeunes et leurs enseignants sont désemparés face à l’absence d’une éducation inclusive de qualité et d’un environnement d’apprentissage sûr, car ils sont également la cible de violentes attaques », explique Yasmine Sherif, Directrice d’Éducation sans délai.

« Je les ai rencontrés. J’ai vu à la fois le désespoir et la résilience de jeunes adolescentes, qui revendiquent leur droit à l’éducation et demandent à être protégées contre le mariage précoce. Nous pouvons changer tout cela », a-t-elle ajouté.

En collaboration avec ses partenaires, Éducation sans délai appelle les donateurs des secteurs public et privé à le rejoindre, à combler d’urgence le déficit de financement de 117 millions de dollars et à mener à bien ses investissements à effet catalyseur dans ces trois programmes communs pour le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Nous devons agir maintenant, a-t-elle fait valoir.

ONU Info

Burkina Faso

Au Burkina Faso, plus de 2,6 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés, et 1,7 million d’élèves supplémentaires risquent d’abandonner l’école. Alors que le gouvernement a accompli des progrès impressionnants grâce à l’amélioration de son système éducatif, la pauvreté, l’absence de documents, le travail des enfants, les handicaps, les grossesses et mariages précoces ainsi que d’autres facteurs poussent de nombreux enfants à quitter l’école. Ainsi, seul un enfant sur dix poursuit ses études secondaires.

Avec une subvention à effet catalyseur à hauteur de 11,1 millions de dollars, le programme pluriannuel de résilience du Burkina Faso cherche à mobiliser 48 millions de dollars de financement supplémentaire.

Entièrement financé, le programme touchera 913 000 filles et garçons, dont 60 % de filles. Le programme cible particulièrement les enfants déplacés, réfugiés et retournés, les enfants en situation de handicap ainsi que les enfants actuellement non scolarisés.

Le financement initial d’Éducation sans délai ciblera directement 144 000 élèves en situation vulnérable grâce à un ensemble complet d’interventions. Il sera mis en œuvre par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (6,1 millions de dollars) et Enfants du Monde (5 millions de dollars).

« Au Burkina Faso, le secteur de l’éducation subit les effets négatifs de la crise de la Covid-19 ainsi que de la crise sécuritaire actuelle. Cette dernière a entraîné la fermeture de plus de 2 300 écoles et le déplacement massif de plus d’un million de personnes, tandis que la pandémie de Covid-19 a provoqué la fermeture de toutes les écoles du pays pendant plusieurs mois », a déclaré Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation du Burkina Faso.

« Je saisis donc cette occasion pour exprimer ma reconnaissance envers Éducation sans délai pour son appui indéfectible envers nos efforts pour soutenir l’éducation en situation d’urgence », a-t-il ajouté.

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :