fbpx

Grâce à la transition énergétique, l’Afrique pourrait créer 26 millions d’emplois d’ici 2050 (Rapport IRENA-BAD)

Grâce à la transition énergétique, l’Afrique pourrait créer 26 millions d’emplois d’ici 2050 (Rapport IRENA-BAD)

Un cadre politique intégré construit autour de la transition énergétique est à même d’apporter de nouveaux investissements dans l’énergie durable en Afrique et générer ainsi une amélioration de l’économie de 6,4% dans la région d’ici 2050.

Ce sont les résultats d’une analyse qui vient d’être publiée par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD).

Intitulé “Analyse du marché des énergies renouvelables : Afrique et ses régions” (Renewable Energy Market Analysis: Africa and Its Regions), le rapport montre que l’Afrique prospère de manière significative grâce au développement permis par les énergies renouvelables, tout en améliorant considérablement l’accès à l’énergie et en offrant de puissants avantages sociaux et environnementaux aux personnes vivant sur le continent.

Cette vision d’une transition énergétique en Afrique alignée sur les projets climatiques à l’échelle mondiale montre que le continent serait en mesure de créer 26 millions d’emplois de plus pour l’ensemble de l’économie d’ici 2050 que ne le prévoient les scénarios habituels. Le nombre d’emplois créés grâce à la transition énergétique en Afrique serait quatre fois supérieur à celui des pertes d’emploi liées aux combustibles fossiles, ce qui représenterait un profit net conséquent pour les économies régionales. Environ deux millions de personnes travaillent actuellement dans l’industrie des combustibles fossiles en Afrique.

L’énergie renouvelable en Afrique n’a attiré que 2% des financements…

Le charbon, le gaz naturel et le pétrole représentent ensemble actuellement environ 70% de la production totale d’électricité en Afrique, et l’énergie conventionnelle attire beaucoup plus de financements que les énergies renouvelables, en raison d’un processus établi qui favorise une production thermique à moins forte intensité de capital, note le rapport.

Le financement de la transition énergétique doit devenir plus accessible. Des efforts coordonnés doivent être déployés pour garantir que les dépenses publiques, principale source de financement de la transition énergétique en Afrique, se concentrent clairement sur les énergies renouvelables.

Sur les 2,8 milliards de dollars américains investis dans les énergies renouvelables dans le monde entre 2000 et 2020, seulement 2 % sont allés à l’Afrique, malgré l’énorme potentiel d’énergie renouvelable du continent et la nécessité d’apporter de l’énergie moderne à des millions de citoyens qui n’y ont toujours pas accès. Alors que le taux d’accès à l’énergie en Afrique subsaharienne est passé de 33% à 46% au cours de la dernière décennie, dû à une croissance démographique rapide.

Ainsi, 570 millions de personnes n’avaient toujours pas accès à l’électricité en 2019, soit 20 millions de plus qu’il y a 10 ans. Environ 160 millions de personnes de plus n’avaient pas accès à un mode de cuisson propre à cette même période.

Développer la coopération Sud-Sud

“Il est impératif de permettre aux pays africains, qui ont peu contribué aux émissions historiques de gaz à effet de serre, de se développer, tout en reconnaissant la nécessité de faire face à l’urgence climatique. La coopération internationale, y compris la coopération Sud-Sud, sera essentielle pour mobiliser des ressources et un savoir-faire à une échelle et à une vitesse proportionnelle aux besoins des économies d’Afrique, de ses communautés et de sa population”, a déclaré le directeur général de l’IRENA, Francesco La Camera dont les propos sont cités dans l’analyse.

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :