fbpx

Initiative sur les multinationales responsables : Le « non » l’emporte en Suisse, le coton burkinabè sauvé

Initiative sur les multinationales responsables :  Le « non » l’emporte en Suisse, le coton burkinabè sauvé
epa06706193 Demonstrators at a union protest in front of the main entrance of the casino in Zug, Switzerland, 02 May 2018, on the occasion of the Glencore annual meeting. Glencore is an Anglo?Swiss multinational commodity trading and mining company with it's headquarteres based in Switzerland. EPA/ALEXANDRA WEY (MaxPPP TagID: epalivethree323561.jpg) [Photo via MaxPPP]

Les Suisses étaient appelés aux urnes pour un referendum sur les multinationales responsables. Cette initiative soutenue par plus de 80 ONG suisse et par la Gauche si elle était adoptée exigerait que les entreprises ayant leur siège en Suisse intègrent la protection des droits humains et environnementaux dans toutes leurs activités commerciales y compris à l’étranger. Selon les premières informations fournies par la presse helvétique, le « non » l’a emporté dans la majorité des cantons. On peut pousser un ouf de soulagement aux bords du Kadiogo. On se rappelle que le ministre du Commerce burkinabè, Harouna Kaboré, avait pris son bâton de pèlerin pour aller soutenir la campagne du « non » en début novembre à Bernes. Le Burkina était en effet l’un des pays visés par cette initiative. Dans un rapport qui date de 2019, Solidar Suisse affirmait que 250 000 enfants, âgé de 5 à 17 ans travaillent dans le secteur cotonnier burkinabè. Toute chose que réfute les autorités burkinabè.  L’ONG pointait la responsabilité de deux entreprises suisses, Louis Dreyfus SA, premier négociant au monde, et Reinhart AG, qui possède 5 à 6% du marché mondial. Ces deux multinationales qui font partie des principaux acheteurs du coton burkinabè auraient été amenées à se détourner de l’or blanc burkinabè si le « oui » l’avait emporté.

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :