fbpx

La demande mondiale d’électricité en 2020 devrait baisser d’environ 2%

La demande mondiale d’électricité en 2020 devrait baisser d’environ 2%

Il s’agit du tout premier rapport sur le marché de l’électricité jamais produit par l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Conçu pour compléter d’autres rapports de la série de rapports de marché sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, le charbon, le gaz naturel et le pétrole, ce rapport se concentre sur les développements sur les marchés mondiaux de l’électricité au milieu de la pandémie Covid-19.

La demande mondiale d’électricité en 2020 devrait baisser d’environ 2% : Il s’agit de la plus forte baisse annuelle depuis le milieu du XXe siècle et bien plus importante que celle qui a suivi la crise financière mondiale, qui a entraîné une baisse de la demande d’électricité de 0,6% en 2009. La contraction de cette année est le résultat de la pandémie de Covid-19 et son impact sur l’activité économique – la baisse supposée de 4,4% du PIB mondial en 2020 est nettement plus importante que la réduction de 0,1% en 2009 – et les mesures prises pour empêcher la propagation du virus.

La Chine sera la seule grande économie à connaître une demande d’électricité plus élevée en 2020 : Cependant, la croissance prévue de la demande d’environ 2% en République populaire de Chine (ci-après «Chine»), qui représente environ 28% de la consommation mondiale d’électricité, est toujours nettement en dessous de sa moyenne depuis 2015 de 6,5%. Après avoir mis en œuvre des mesures sanitaires strictes au début de l’année et connu des baisses ultérieures de la demande d’électricité au premier trimestre, la Chine a connu une croissance de la demande d’une année sur l’autre chaque mois depuis lors. Bien que la demande se soit rétablie dans de nombreuses économies pendant l’été et l’automne de l’hémisphère nord, les principaux consommateurs, notamment les États-Unis, l’Inde, l’Europe, le Japon, la Corée et l’Asie du Sud-Est, devraient tous connaître des baisses pour l’ensemble de l’année.

La production d’électricité renouvelable devrait croître de près de 7% en 2020, réduisant la production conventionnelle : Les contrats à long terme, l’accès prioritaire au réseau et l’installation durable de nouvelles centrales soutiennent tous une forte croissance de la production d’électricité renouvelable. La baisse de la demande d’électricité combinée à une augmentation de l’offre d’énergies renouvelables a accéléré la pression sur le charbon, le gaz et l’énergie nucléaire. On estime que la production au charbon recule d’environ 5% en 2020, la plus forte baisse jamais enregistrée, la ramenant aux niveaux observés pour la dernière fois en 2012. Production d’énergie nucléaire devrait baisser d’environ 4% en 2020, affectée à la fois par la pandémie et par une moindre disponibilité des capacités, en particulier au premier semestre. La Chine a été la principale exception à cela: sa production nucléaire a augmenté d’environ 6% grâce à la mise en service de nouvelles capacités. La production d’électricité au gaz devrait reculer de 2%, sa baisse étant atténuée par la baisse des prix du gaz naturel, ce qui lui permet de prendre des parts de marché au charbon, en particulier aux États-Unis et en Europe. Dans l’ensemble, les émissions de CO 2 liées à la production d’électricité devraient chuter de 5% en 2020, une baisse beaucoup plus importante que la baisse prévue de la demande mondiale d’électricité.

Les prix de gros de l’électricité ont chuté en 2020 : La baisse de la demande, la baisse des prix des carburants et l’augmentation des unités de production renouvelable à coût marginal nul ont fait baisser les prix. L’indice des prix du marché de gros de l’électricité de l’AIE, qui suit les mouvements de prix dans les principales économies avancées, montre une baisse moyenne des prix de 28% en 2020, après avoir déjà baissé de 12% en 2019.

Après le choc de 2020, nous prévoyons un léger rebond en 2021 : Avec la reprise de l’économie mondiale en 2021, la demande mondiale d’électricité devrait croître d’environ 3%. Ce rebond est plutôt faible par rapport à 2010, l’année suivant la crise financière mondiale, où la demande d’électricité a augmenté de 7,2%. L’augmentation de la demande devrait être tirée par les économies émergentes et en développement, en particulier la Chine et l’Inde.

La croissance des énergies renouvelables devrait rester la vedette en 2021, mais le charbon devrait rebondir : La production d’électricité à partir d’énergies renouvelables, en particulier l’éolien et le solaire photovoltaïque, devrait continuer à établir de nouveaux records en 2021, portant sa part de marché à 29% contre 28% en 2020. L’énergie nucléaire devrait également connaître une croissance de 2,5% en raison d’un rebond de la France et Japon et mise en service de nouvelles usines en Chine et aux Emirats Arabes Unis. Dans les économies avancées, la croissance des énergies renouvelables et du nucléaire continuera de réduire l’espace restant pour la production de combustibles fossiles. Le gaz naturel sera probablement plus touché que le charbon en raison d’une hausse présumée des prix du gaz naturel. Dans les économies émergentes et en développement, la croissance de la demande devrait dépasser celle des énergies renouvelables et du nucléaire, laissant une certaine marge de manœuvre à la production de charbon et de gaz. Le résultat net attendu au niveau mondial est que la production au charbon augmente d’environ 3%, tandis que les centrales au gaz augmentent la production d’environ 1%. Cela conduirait à une augmentation du CO2 émissions du secteur électrique d’environ 2% en 2021.

Source : AIE

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :