fbpx

Le commerce extérieur de la Chine a dépassé 6 000 milliards de dollars en 2021, reflet de ses succès dans le rebond économique

Le commerce extérieur de la Chine a dépassé 6 000 milliards de dollars en 2021, reflet de ses succès dans le rebond économique

Le commerce de la Chine a dépassé 6 000 milliards de dollars pour la première fois en 2021, ont montré le 14 janvier les données douanières, tandis que son économie, précurseur mondial dans la maîtrise du COVID-19, a poursuivi une solide reprise au cours de l’année écoulée.Selon les économistes, ces données devraient être suffisantes pour faire taire les alarmistes et désamorcer les inquiétudes concernant un ralentissement estimé de la croissance du commerce en 2022 dans un contexte de ralentissement mondial, citant une économie numérique bien gérée et des attentes de croissance des revenus des ménages qui pourraient s’améliorer si la pandémie s’atténue plus tard cette année.Le commerce extérieur de la Chine en dollars s’est élevé à 6 050 milliards de dollars en 2021, dépassant la barre des 5 000 milliards de dollars avant de dépasser les 6 000 milliards de dollars la même année, huit ans après que le commerce extérieur du pays a atteint 4 000 milliards de dollars. Selon les données des douanes, l’augmentation en 2021 s’est montée à 1 400 milliards de dollars, soit l’équivalent de l’ensemble du commerce extérieur annuel en 2005.

En termes de yuans, le commerce des matières premières de la Chine a augmenté de 21,4% d’une année sur l’autre pour atteindre 39 100 milliards de yuans (5 391 milliards d’euros) en 2021, avec des exportations en hausse de 21,2 % à 21 730 milliards de yuans et des importations en hausse de 21,5 % à 17 370 milliards de yuans (2 996 milliards d’euros). Libellés en dollars, ces gains apparaissent encore plus évidents, les exportations ayant grimpé de 29,9 % pour l’ensemble de 2021 tandis que la croissance des importations s’est établie à 30,1 %.Le commerce chinois a conservé une solide résilience face aux graves retombées de la pandémie mondiale de COVID-19, donnant des résultats « éblouissants », a de son côté souligné Li Kuiwen, porte-parole de l’Administration générale des douanes (GAC), lors d’une conférence de presse le 14 janvier à Beijing, ajoutant que le commerce extérieur du pays a pris un bon départ au cours de la période du 14e Plan quinquennal (2021-2025).

Par ailleurs, ont révélé les chiffres des douanes, les entreprises privées, l’épine dorsale du mastodonte commercial du pays, ont enregistré 19 000 milliards de yuans (2 620 milliards d’euros) de commerce l’année dernière, soit une augmentation de 26,7 %, soit deux points de pourcentage de plus que l’année précédente, représentant 48,6 % du total du pays. Les entreprises à capitaux étrangers ont quant à elles enregistré des échanges commerciaux de 14 030 milliards de yuans (1 943 milliards d’euros), soit une hausse de 12,7 %, tandis que les entreprises publiques ont enregistré une augmentation de 27,7 % à 5 940 milliards de yuans (819 milliards d’euros).Toutefois, ont noté les observateurs, la croissance rapide du commerce sera probablement à la baisse cette année parallèlement à un ralentissement général, tandis qu’une économie résiliente devrait toujours être présente.

Dans le même temps, Li Kuiwen, des douanes, a averti que le paysage commercial chinois est confronté à des incertitudes, une instabilité et un déséquilibre croissants face aux vagues récurrentes de la pandémie, ce qui signifie que l’avantage pertinent de la Chine pour prendre la tête du rebond économique pourrait s’affaiblir. Il a malgré tout souligné que la résilience du pays et ses fondamentaux économiques solides à long terme ne changeront pas, soutenant ainsi vigoureusement une poussée pour stabiliser le commerce.Si la situation virale devait s’estomper aux États-Unis et en Europe plus tard cette année, les chaînes d’approvisionnement mondiales qui ont été mises à mal par la pandémie seraient sur la voie d’un renouveau. En conséquence, la Chine, qui a joué un rôle central dans le comblement des lacunes de la chaîne d’approvisionnement mondiale, aurait tendance à recevoir moins de commandes, a expliqué le 14 janvier Cao Heping, économiste à la Peking University, ajoutant qu’un ralentissement de la croissance du commerce va de pair avec une modération de la croissance économique. Il estime que l’expansion économique de la Chine devrait se situer entre 5,5 % et 6,5 % en 2022, contre environ 8 % pour 2021.

Signe d’un ralentissement prononcé à travers le monde, la Banque mondiale a révisé le 11 janvier à la baisse ses prévisions pour l’économie mondiale à 4,1 % en 2022 contre 5,5 % en 2021, citant la dissipation de la demande refoulée.Selon M. Cao, pour ceux qui jouent aux Cassandre au sujet de l’économie chinoise, principalement autour de son secteur immobilier, des dettes des gouvernements locaux et des attentes en matière de revenus, pareil alarmisme est pour l’essentiel mal fondé. Le gouvernement, a-t-il souligné, a montré son habileté à aligner sa refonte du secteur immobilier sur les réalités de l’économie, s’opposant aux affirmations selon lesquelles les problèmes de la dette des gouvernements locaux deviennent trop importants et entravent les investissements des gouvernements locaux.En fait, a souligné l’économiste, les niveaux d’endettement des gouvernements locaux chinois sont bien inférieurs à ceux de l’Occident et loin d’être alarmants, et de plus le déclin de la pandémie dans le monde pourrait être un coup de pouce pour les dépenses des ménages locaux et stimuler également les dépenses intérieures de consommation.Wang Tao, économiste en chef pour la Chine chez UBS, a écrit dans une note envoyée au Global Times que la croissance des exportations chinoises devrait ralentir à 10 %, mais apportera toujours une contribution positive à la croissance du PIB en 2022, sans compter que les restrictions liées au COVID-19 devraient s’assouplir nettement à partir du deuxième trimestre, « favorisant la reprise de la consommation intérieure, notamment dans les services ». Davantage de soutien budgétaire et une légère augmentation de l’effet de levier macroéconomique sont prévus, stimulant la croissance des investissements dans les infrastructures, a également ajouté la note.En plus de cela, comme l’a souligné M. Cao, l’économie numérique de la Chine est sur le point de jouer un rôle plus important dans le soutien de l’économie globale et de son mastodonte commercial, compensant les vents contraires auxquels est confronté la partie traditionnelle de l’économie. Ainsi, selon les données du 14 janvier, signe des prouesses commerciales de la Chine à l’ère numérique, son commerce électronique a gagné 15 % à 1 980 milliards de yuans (273 milliards d’euros), avec des exportations en hausse de 24,5 % à 1 440 milliards de yuans (198 milliards d’euros).

China.org

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :