fbpx

Le prix Nobel d’économie attribué à trois spécialistes de l’économie expérimentale

Le prix Nobel d’économie attribué à trois spécialistes de l’économie expérimentale
Permanent Secretary of the Royal Swedish Academy of Sciences Goran K Hansson, center, announces the 2021 Nobel prize for economics, flanked by members of the Royal Swedish Academy of Sciences Peter Fredriksson, left, and Eva Mork, during a press conference at the Royal Swedish Academy of Sciences, in Stockholm, Sweden, Monday, Oct. 11, 2021. From left on the screen above are the winners David Card of the University of California at Berkeley; Joshua Angrist from the Massachusetts Institute of Technology; and Guido Imbens from Stanford University. (Claudio Bresciani/TT via AP)

Le prestigieux prix Nobel a été décerné lundi au Canadien David Card, à l’Américain Joshua Angrist et à l’Américano-Néerlandais Guido Imbens.

Le prix Nobel d’économie a récompensé, lundi 11 octobre 2021, trois spécialistes de l’économie expérimentale, le Canadien David Card, l’Américano-Israélien Joshua Angrist et l’Américano-Néerlandais Guido Imbens. Le trio « nous a apporté de nouvelles idées sur le marché du travail et montré quelles conclusions peuvent être tirées d’expériences naturelles en termes de causes et de conséquences », a salué le jury Nobel. «  Leur approche s’est étendue à d’autres domaines et a révolutionné la recherche empirique  », a souligné le jury.Pour une première moitié, le prix récompense le Canadien David Card, né en 1956, «  pour ses contributions empiriques à l’économie du travail  ». À l’aide d’expériences naturelles, Card a analysé les effets du salaire minimum, de l’immigration et de l’éducation sur le marché du travail. «  Ses études du début des années 1990 ont remis en question les idées reçues, ce qui a conduit à de nouvelles analyses et à de nouvelles perspectives  », selon le jury Nobel. Les résultats de ses recherches ont notamment montré que l’augmentation du salaire minimum n’entraîne pas nécessairement une diminution des emplois. Grâce à ses travaux, «  nous avons également réalisé que les ressources des écoles sont beaucoup plus importantes pour la réussite future des élèves sur le marché du travail qu’on ne le pensait auparavant  ».

Angrist, 61 ans, et Imbens, 58 ans, ont eux conjointement été récompensés «  pour leurs contributions méthodologiques à l’analyse des relations de cause à effet  ». Au milieu des années 1990, les deux chercheurs ont notamment démontré comment des conclusions précises sur les causes et les effets peuvent être tirées d’expériences naturelles.

Source : AFP

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :