fbpx

Les modèles économiques innovants, parlons en!

Les modèles économiques innovants, parlons en!

Le business model, ou modèle économique, est l’élément clé de la réussite de toute entreprise, quelque soit sa taille. En termes simples, le business model détermine comment une entreprise génère des gains: ce qui détermine sa rentabilité.Je voudrais partager avec vous des types de business model à succès pour inspirer les potentiels promoteurs de start up.Mais avant, il est important de connaître les 3 piliers constitutifs d’un bon modèle économique.

1. La proposition de Valeur.

Il s’agit de la solution que vous proposez pour répondre aux problèmes rencontrés par vos clients. En effet, lorsqu’une offre de solution rencontre un problème non résolu, le succès est inéluctable. Une proposition de valeur bien pensée prend en compte plusieurs facteurs. Plus un marché est concurrentiel, plus la différence se joue à des détails près. Par exemple, si vous vous positionnez sur le haut de gamme, il est impératif voire primordial que le coût élevé soit justifié par une proposition de valeur forte pour votre client (qualité et fiabilité des produits, propriétés techniques inédites, service client impeccable). La différence que vous apportez doit être perceptible et mesurable.

2. L’architecture de valeur

Une fois votre proposition de valeur clairement définie, vous devez déterminer comment présenter de la façon la plus adaptée votre offre à votre marché. Il s’agit de passer en revue tous les moyens disponibles, d’un site web à une équipe de vente dédiée, en passant par des campagnes marketing.

3.L’équation du profit

Une fois la stratégie de votre entreprise définie, il est essentiel de donner une forme concrète à votre business model en le formalisant. Vous allez ainsi préciser et chiffrer comment vous allez générer des profits. Pour cela, vous allez élaborer un business plan ou plan d’affaires.

A present, examinons quelques modèles économiques innovants.

Modèle 1: le modèle de la désintermédiation

On parle de désintermédiation lorsque le promoteur est en contact direct avec les consommateurs, en supprimant au maximum les intermédiaires. Par exemple, une boulangerie peut décider de vendre directement le pain au consommateur final au lieu de passer par des distributeurs. La désintermédiation permettra d’avoir une marge plus consistante mais elle peut coûter parfois plus de temps et d’argent que d’avoir recours à un intermédiaire qui possède sans doutes des compétences et un savoir-faire que vous n’avez pas forcément.

Modèle 2: Le modèle freemium

Le mot freemium est un condensé de “free” qui signifie gratuit et “premium”. Dans ce modèle, vous offrez gratuitement une partie de vos produits et services tandis que vous facturez les clients ayant choisi un service premium et plus haut de gamme. Le segment de clients qui paye subventionne ainsi les clients qui ne paient pas. C’est le cas de LinkedIn ou de Canva par exemple. Pour que ce modèle fonctionne à merveille, il faut que le marché soit de taille importante, car seule une infime partie des utilisateurs seront convertis en clients. Il faut également trouver un juste équilibre entre des fonctionnalités gratuites suffisamment intéressantes pour attirer une base d’utilisateurs et des fonctionnalités premium pour lesquelles ils seront prêts à payer. Une variante consiste à proposer de tester le service gratuitement sur une période déterminée. LinkedIn le fait déjà.

Modèle 3 : Le modèle du gratuit

Ce business model repose sur la gratuité. En offrant des produits ou des services gratuitement, vous attirez bien plus facilement des personnes intéressées par ce que vous proposez. Dans ce modèle économique, le financement ne provient pas des utilisateurs mais de la monétisation des données et de la publicité. Google est l’exemple le plus emblématique du business model de la gratuité.Les internautes utilisant son moteur de recherche bénéficient d’un service 100 % gratuit et, en contrepartie, Google recueille leurs informations et se fait payer par des annonceurs pour afficher de la publicité ciblée. C’est également le business model de Facebook.Le modèle de la gratuité nécessite d’avoir un très grand nombre d’utilisateurs de la solution. C’est la seule condition pour attirer les régies publicitaires.

Modèle 4: Le modèle de la mise en relation

Ces Business Models reposent sur des plateformes de mise en relation de deux groupes différents et interdépendants d’individus. Les interactions entre ces groupes créent de la valeur pour toutes les parties prenantes, y compris la plateforme elle-même qui perçoit des commissions. Ce modèle est la base des services collaboratifs, comme Airbnb ou Uber.La viabilité d’un tel modèle est également tributaire du nombre d’utilisateurs.

Modèle 5: Le modèle circulaire

Encore appelé l’économie en boucle, le modèle circulaire est un business model innovant qui trouve son inspiration dans le fonctionnement de la nature. Le principe est que les déchets des uns deviennent les ressources des autres. La culture du jetable est alors considérée comme contre-productive, voire contre-nature. L’idée est de faire en sorte de limiter au maximum le gaspillage des matières premières et des énergies utilisées.Le succès de ce business model repose sur la mise en place de nouveaux modes de production et de consommation. Modèle 6: Le modèle adaptatifCe modèle particulier s’applique uniquement aux business dans lesquels les produits non vendus sont définitivement perdus. Il consiste à se baser sur les principes du Yield Management, qui est l’art d’optimiser au maximum le remplissage ou le volume de ventes pour accroître le chiffre d’affaires généré.Concrètement, avoir un modèle adaptatif signifie que vous modulez vos prix en fonction de la demande et des comportements de vos clients. Les réservations d’hôtels et de billets de train ou d’avion ne sont plus les seules à être concernées par ce business model. Il s’étend aux restaurants et même à la grande distribution. Par exemple au Japon, les magasins ont recours à ce modèle pour écouler plus facilement leurs stocks (en changeant leurs prix selon l’heure de la journée) ?Avec un tel modèle, la capacité à prévoir votre activité est indispensable pour être en mesure de proposer le bon prix au bon moment, notamment lors des périodes creuses. En général, il faut mettre en place un système de réservation et/ou analyser minutieusement les statistiques des ventes passées (heures d’achat, profils des clients, etc.).

Modèle 7: Le modèle low cost

Très connu dans les compagnies aériennes, le modèle du low cost est un business model basé sur une réduction maximale des coûts par rapport à la concurrence. L’objectif est de proposer le prix le plus bas possible à vos clients afin de créer une demande forte et un avantage concurrentiel. Il s’agit de supprimer tout ce qui est “superflu ” pour offrir l’essentiel mais au moindre coût.L’enjeu du low cost se situe au niveau de l’équilibre à trouver entre un coût de revient minimal et un niveau de service acceptable pour le client. Il faut souvent faire preuve d’imagination pour arriver à casser vos prix. Un autre procédé du low cost est de faire participer le client à la chaîne de valeur. Par exemple, dans un restaurant, le client est invité à débarrasser lui même la table après avoir mangé.

Modèle 8: Le modèle de l’imprimante

Également appelé modèle de l’appât et de l’hameçon, ce business model s’articule autour d’un produit physique (imprimante, machine à café, rasoir, consoles de jeux vidéo, etc.) qui nécessite un autre produit ou un service particulier pour fonctionner (cartouches d’encre, dosettes de café, lames de rasoir, jeux vidéo, etc.).Le premier produit est vendu à un prix très attractif parfois même à perte, tandis que vous réalisez de belles marges sur la vente des produits et services annexes. Ces derniers sont bien souvent des consommables.L’exemple type est Nespresso qui a conquis le marché du café en se basant sur des machines à café à bas prix combinées à son monopole sur ses dosettes à café.La force de ce modèle réside dans le fait qu’il assure la fidélité des clients : ils n’ont pas d’autres alternatives que d’utiliser les produits et services de l’entreprise. Pour cela, il faut vous assurer de bien « verrouiller l’utilisateur » afin qu’il continue de consommer dans la durée. Avoir identifié un consommable qui dégage suffisamment de marge est également nécessaire.L’une des adaptations logiques de ce modèle est de proposer un paiement par abonnement, comme c’est le cas avec la téléphonie mobile : le consommateur s’engage sur plusieurs mois et peut utiliser un smartphone à prix réduit.

Bien entendu il existe pleins d’autres modèles qui peuvent être adaptés.Par exemple, des influenceurs offrent des services gratuits aux abonnés ( publications sur des thèmes variés, direct en vidéos et même la création de buzz) pour avoir le maximum d’abonnés. Cela permet de monétiser la page et générer des revenus importants. Les ivoiriens savent bien utiliser ce modèle!

Dr Aboubakar Nacanabo

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :