fbpx

Qu’est-ce qu’un fonds souverain ?

Qu’est-ce qu’un fonds souverain ?

Les fonds souverains (sovereign wealth funds) sont des fonds d’investissement détenus par les gouvernements de différents pays.

Fonds souverains : définition

A ne pas confondre avec les fonds privés (private equity), les fonds souverains sont détenus par des États qui les gèrent ou qui les supervisent. Théoriquement, tous ces fonds partagent le même objectif : transférer de la richesse aux générations suivantes.

Originellement, c’est le Koweït, premier exportateur de pétrole du golfe qui a ouvert la marque en créant son fonds souverain (Kuwait Investment Authority) pour gérer ses recettes pétrolières. Depuis, le nombre de ces véhicules d’investissement, pour la plupart concentrés en Asie et dans les pays du golfe, n’a cessé d’augmenter. Logique puisque les capitaux qu’ils canalisent proviennent essentiellement des ressources pétrolières (plus de 50 %) et des excédents commerciaux des pays asiatiques (40 % des fonds). Ils figurent aujourd’hui parmi les principaux acteurs de la globalisation financière.

Bien qu’ils poursuivent un objectif de rentabilité, les fonds souverains sont perçus comme un facteur de stabilité financière. Lors de la crise de 2008, ils ont notamment participé à la stabilisation du système bancaire.

Fonds souverains : critères d’éligibilité

Selon le FMI, pour être considéré comme “souverain”, un fonds doit répondre à 3 critères :

  • Être géré ou contrôlé par un gouvernement national.
  • Gérer des actifs financiers dans une logique de long terme.
  • Poursuivre une politique d’investissement visant des objectifs macroéconomiques comme la diversification du PIB national, le lissage de l’activité ou encore l’épargne inter-générationnelle.

Outre des réserves de change, l’actif des fonds souverains est surtout composé de participations financières : actions, obligations, réserves foncières, métaux précieux et autres instruments financiers. Toutefois, ces géants sont aussi tentés par la prise de contrôle d’entreprises occidentales. Cela a contraint certains pays à bloquer les rachats d’actifs stratégiques (énergie, défense, infrastructures, finance).

Dans la plupart des cas, l’objectif patrimonial est de trouver du rendement à long terme. Les fonds servent également de coussins contracycliques en cas de récession économique. Ils permettent de lisser les effets négatifs des cycles et de renflouer les caisses des états grâce à leur rendement financier.

Investis en Bourse, les fonds souverains ne sont pas immunisés contre la volatilité des marchés financiers :  à titre d’exemple, durant l’été 2020, la banque de Norvège a annoncé que son paquebot financier avait perdu 18 milliards d’euros durant le 1er semestre, suite au marasme économique engendré par la crise du Covid.

Fonds souverains : principes de gestion

En 2008 (Principes de Santiago), le FMI a défini les “bonnes pratiques” que les fonds souverains doivent respecter pour maintenir une libre circulation des capitaux investis dans le monde.

En synthèse, ces principes prônent une gestion transparente et indépendante de toute pression politique. Ils soulignent que les fonds sont destinés à jouer un rôle d’amortisseur en cas de crise grâce à la stabilité de leurs investissements à long terme et à la mobilisation des liquidités dont ils disposent. Compte tenu de leurs objectifs patrimoniaux et de leur nature institutionnelle, certains fonds ont tendance à mener une stratégie d’investissement “responsable”.

Par exemple, depuis 2018, le Fonds Public d’Investissement (PIF) saoudien finance la sortie progressive de l’ère du tout pétrole.

capital.fr

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :