fbpx

Réserves de change: la part du dollar au plus bas depuis 1995

Réserves de change: la part du dollar au plus bas depuis 1995

La part du dollar américain dans les réserves de change déclarées au Fonds monétaire international a chuté au quatrième trimestre à son plus faible niveau en 25 ans, montrent les chiffres publiés mercredi par le FMI.Les réserves en dollar détenues par les banques centrales sont passées de 60,5% au troisième trimestre 2020 à 59% au quatrième trimestre, ce qui représente un troisième trimestre de baisse d’affilée.Il s’agit du pourcentage le plus faible enregistré depuis 1995, lorsqu’il était revenu à 58%.

Le billet vert conserve toutefois son statut de monnaie de réserve privilégié par les banques centrales. Il avait atteint un plus haut en 2001 à près de 73%, selon les données.

Zoom sur les réserves de change

Les réserves de change sont des réserves en monnaies étrangères ou en or détenues par les banques centrales. Leur importance économique varie fortement selon la situation des différents pays.

Elles servaient, à l’origine, à régler les quantités de biens achetés à l’étranger. Le montant de réserves détenu dépend donc, en théorie, de la ou des monnaie(s) dans laquelle (ou lesquelles) les échanges se font. C’est pourquoi les Etats détiennent généralement un nombre limité de devises différentes. Il s’agit principalement de celles dans lesquelles s’expriment les cours de produits comme le pétrole, l’or et l’argent. Le dollar est la première devise de réserve des grandes économies, suivi par l’euro. En modifiant la quantité de devise étrangère qu’il détient, autrement dit en diminuant ou en augmentant ses réserves d’une devise en particulier, un pays peut peser sur la demande et l’offre de sa propre monnaie et ainsi faire bouger les taux de change. Les réserves de changes permettent par exemple d’absorber un choc extérieur, de soutenir sa propre devise alors qu’elle est attaquée ou de la laisser filer alors qu’elle est très recherchée. Bref, de piloter sa politique monétaire, sans avoir à agir sur la quantité de monnaie qui est injectée dans son économie.La banque centrale du pays peut détenir directement les devises en question. Elle peut aussi ne (presque) rien détenir et se contenter de s’assurer que les banques commerciales conservent une certaines partie de leurs fonds en réserve. Cette partie peut varier en fonction des besoins des décisions des gouverneurs de chaque banque centrale.

admin

admin

Laisser un commentaire

Newsletter Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :